Aux Etats-Unis, l’USDA propose une loi pour appliquer la blockchain aux produits bio

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Le département de l’Agriculture des États-Unis a proposé de modifier ses règles sur les produits biologiques. Le projet est de pousser la technologie blockchain pour retracer les chaînes d’approvisionnement de produits bio.

Selon un rapport du 5 août du Département de l’agriculture des États-Unis (USDA), l’agence AMS (Agricultural Marketing Service) a déclaré qu’elle s’attend à ce que les systèmes de suivi électronique, y compris la technologie blockchain (DLT), jouent un « rôle essentiel » dans la traçabilité de sa chaîne d’approvisionnement de produits biologiques.

La technologie blockchain est particulièrement adaptée pour assurer la traçabilité des produits biologiques.

Quelques extraits du rapport (traduits ci-dessous)

Cliquez sur l’image pour accéder au document complet de l’USDA (PDF)

« Les DLT peuvent fournir un suivi sécurisé, vérifiable, transparent et quasi-instantané, produit par produit, dans des chaînes d’approvisionnement complexes ».

« Les DLT peuvent également protéger les informations commerciales confidentiels en limitant automatiquement les informations sensibles aux entités autorisées ». Il s’agit ici de caractéristiques que possède par exemple le framework Hyperledger Fabric, qui est la blockchain utilisée par Connecting Food.

Plusieurs cas d’usage de cette technologie déjà déployés

Il ne fait aucun doute que le rapport de l’USDA se réfère à la technologie blockchain quand il mentionne les « Distributed Ledger Technologies » . En effet, le texte s’appuie sur plusieurs projets pilotes lancés par des marques, et utilisant la blockchain : Walmart sur les mangues et le porc, Nestlé sur le lait infantile, et Bumble Bee Foods sur le thon d’Indonésie.

Et en Europe, où en est-on ?

De nombreux cas d’usage de la technologie blockchain existent déjà sur des chaines d’approvisionnement. La plupart concernent des produits conventionnels, mais Connecting Food travaille également sur des produits biologiques. En France par exemple, avec les Fermes Larrère, premier producteur de carottes bio en Europe. En Allemagne aussi, avec la marque de limonade Bionade, certifiée biologique.

Les produits tracés par Connecting Food ne sont pas uniquement biologiques, mais la plateforme s’adapte aux spécificités des cahiers des charges exigeants des produits biologiques, comme ici, l’asperge bio (en France) ou le sureau bio (en Allemagne).

Et si vous travaillez dans le bio,
et que vous vous demandez si la blockchain est faite pour vous….

Contactez nous !

Voir plus